L’envol vers Nanouk, le pied en « Red epic »

Nous arrivons à Ilulissat pour une nouvelle aventure en compagnie d’Eric Brossier et de son fidèle bateau « Vagabond ». Et déjà la dernière étape de ce voyage entre Aasiaat et Ilulissat nous laisse présager de la beauté de cette incroyable aventure qui nous attend: depuis le ciel, nous voyons un groupe de 5 baleines, puis un autre groupe de 3, et même un phoque sur un iceberg. C’est sûr, nous sommes arrivés à bon port!

Nous avons commencé à construire ce projet avec Eric en Novembre 2013. Nous y travaillons depuis 2 ans et nous imaginons le film avec Jérôme Maison depuis plus d’un an. Grâce aux expéditions Antarctique (2013-2014), j’ai au fil du temps fédéré une équipe, des partenaires fidèles envers l’âme bleue. Il faut se lever tôt, se coucher tard, concilier travail, entrainement sportif et l’entreprise des projets de l’âme bleue. Réaliser ses rêves n’est pas de tout repos, c’est le prix à payer pour atteindre des objectifs parfois ambitieux. Nous sommes 5 à partir pour cette aventure.
– Joël Marie, mon père, est le photographe. Pôle sud et nord, vivre de tels moments avec son père, c’est du bonheur pour toute une vie.
– Jérôme Maison, chef opérateur de la marche de l’empereur mais surtout réalisateur de notre dernier documentaire « le monde de glace » primé à 8 reprises. Son expérience, ses connaissances dans le domaine, son talent sont des atouts puissants.
– Patrick Maudet, ami et collègue de travail (nous sommes tous deux pompiers professionnels:  Nous avons tous les deux un souvenir de nuit dans une cave complètement embrasée, dans une chaleur suffocante, nous cherchions le feu alors que nous marchions dessus). Outre ses qualités professionnelles, il possède des qualités humaines exemplaires. Il a laissé sa place l’année dernière à Jérôme Maison pour que nous puissions faire notre film.
– Kévin Peyrusse, caméraman passionné, talentueux et sympathique. Nous avons fait de l’apnée à Brest dans le même club. Son enthousiasme sera plus qu’un atout pour notre expédition, j’en suis persuadé.

Mais il y a aussi ceux qui restent à quai et qui œuvrent dans l’ombre:
– Siham qui s’occupe du graphisme, elle est toujours à l’écoute pour de nombreux conseils.
– Orlane, Émilie et Anne-Cécile qui seront nos correspondantes locales et support presse. Émilie a lancé mercredi le financement participatif sur Ulule pour notre livre jeunesse (sortie prévue en Décembre), tout dépendra de vous…
Je pense aussi à mes proches et ma famille qui acceptent mes choix.

Sensibiliser, faire rêver. Nous aborderons différents thèmes pour réaliser nos objectif. De telle sorte, nous tenterons de partager nos impressions, nos points de vues sur plusieurs domaines: Rencontre humaine, immersion en apnée, science avec le projet « plancton planet », navigation, froid. Ainsi, nous aimerions apporter une vision globale sur un ensemble de thèmes.

Objectifs de l’expédition:
– Faire des images pour un documentaire de 52 minutes
– Prélever du plancton pour la station biologique de Roscoff pour le projet de « Plancton Planet » (plus d’info www.planktonplanet.org)
– Rencontrer des Inuits et initier des enfants à l’apnée. Les Inuits ont peur de l’eau et « sont imprégnés » des légendes depuis leur naissance. Les dents, les griffes, les formes étranges et la taille gigantesque des animaux vivants en Arctique, nourrissent l’imaginaire des enfants comme il alimente le nôtre. Les Inuits croient qu’un rapport étroit les lie à la nature et que les animaux possèdent le pouvoir magique d’entendre et de comprendre la parole humaine.
– Communiquer avec les 15 classes qui nous suivent sur ce projet.

C’est sûr ! Nous avons beaucoup de travail. L’aventure ne sera réussie que si nous la partageons au maximum et si nous réussissons à vous faire rêver, enfin nous tenterons…
En toute logique après 2 expéditions Antarctique, nous changeons d’hémisphère et partons entre le Groenland et le Nunavut Canadien. Au final, sur le plan éducatif, nous expliquerons aux enfants les différences entre ces 2 pôles,  comment le réchauffement impactera la faune, la flore et les populations que nous allons rencontrer. Les enfants se feront une idée très concrète, visuelle de ces conséquences pour peut-être, un jour, agir en s’engageant. C’est déjà le cas d’ailleurs, les enfants de Nouvelle Calédonie ont réalisé un merveilleux film sur le réchauffement climatique, grâce aux enseignants, aux responsables académiques et notre équipe.

Nous sommes fiers d’apporter une alternative éducative aux enfants dans les écoles et c’est d’ailleurs, aujourd’hui ce qui me nourrit le plus. L’Antarctique, ces aventures sont une ouverture au monde pour l’Homme. De plus, le rêve révèle souvent une partie intime plus profonde, de chaque personne. Nous avons des rapports authentiques et sincères avec les gens que nous rencontrons. Nous ne recherchons pas le spectacle, nous cherchons juste à révéler notre nature en harmonie avec l’océan, avec les animaux qui nous acceptent le temps d’une danse. Pour ce projet, nous ne pourrons pas garantir des immersions avec la faune du Groenland comme du Nunavut. Les animaux sont chassés, ils ont peur des hommes. Nous tenterons alors simplement de renouer avec le sauvage mais n’est-il pas déjà trop tard?

Laurent

2 thoughts on “L’envol vers Nanouk, le pied en « Red epic »

  1. Siham Abdelhamid

    Merci beaucoup Laurent!
    L’Ame Bleue continue toujours de nous faire rêver, et de nous inspirer.
    Le peuple des mers accepte et accueille dans son monde ceux qui savent l’approcher avec respect, et c’est ce que vous faites justement.
    J’estime donc qu’il ne sera jamais trop tard de renouer et de concilier avec le peuple marin de l’océan Arctique, et de rétablir avec lui cette communication et cette harmonie perdue ..
    Bon courage à vous tous!
    Au plaisir de lire les magnifiques récits de vos aventures en Groenland.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*