VENDREDI 10 MAI 2019, VENEZ ASSISTER À NOTRE NOUVELLE SOIRÉE GRAND PUBLIC GRATUITE « UN MONDE DE GLACE : RENCONTRE AVEC LES PEUPLES MARINS » AVEC LAURENT MARIE, UN EXPLORATEUR ET APNÉISTE PASSIONNÉ

Soiree-Laurent-Marie-1-200x160

RETENEZ VOTRE SOUFFLE DANS L’AUDITORIUM DE LA CITÉ DE LA MER…

A l’aide de projections de photos et vidéos, Laurent Marie vous parlera d’apnée, cette discipline qui l’a amené dans divers milieux extrêmes à travers le monde. Il reviendra sur ses rencontres avec les populations locales, ses plongées extraordinaires auprès des plus belles espèces marines.

Des projets plein la tête dont un qui se concrétisera dans 3 semaines. Laurent Marie vous parlera de sa future expédition dans le Grand Nord Canadien où l’attendent ses amis Inuits. Avec eux, il tentera de plonger au plus près des Narvals, un animal encore mystérieux aujourd’hui. De son documentaire « Les harmonies invisibles », dont les premières images seront dévoilées lors de l’événement nantais « La Mer XXL ».

Cette soirée entre dans le cadre du programme « Au nom de la Mer ». Jusqu’à la fin de l’année, des invités comme l’explorateur Jean-Louis Etienne, le conseiller scientifique du futur parcours L’Océan du Futur, Christian Buchet et bien d’autres encore viendront à votre rencontre afin de vous parler de leurs expériences avec le monde marin. De belles soirées en perspectives !

 

INFORMATIONS PRATIQUES :
Vendredi 10 mai 2019 à 20h dans l’Auditorium de La Cité de la Mer – Soirée gratuite
Inscription obligatoire par mail : soiree@citedelamer.com
Accès à l’auditorium dès 20h – Fermeture des portes à 20h20.

Découvrez le podcast de l’émision sur EUROPE1

Découvrez le podcast de l’émision sur EUROPE1 de ce matin dans le cadre de la nouvelle exposition du muséum de l’Histoire Naturelle avec Bruno David, Président du Muséum national d’histoire naturelle à Paris et biologiste marin et Anne-Camille Bouillié, Conceptrice de l’exposition « Océan, une plongée insolite », qui débute aujourd’hui (jusqu’au 5 janvier), à la grande galerie de l’évolution du Muséum national d’histoire naturelle à Paris. Laurent Marie, Apnéiste et président de l’association “L’âme bleue” qui oeuvre pour la défense des océans et s’apprête à partir en Arctique

 

 

Rencontre avec les élèves de Notre Dame des Carmes à brest

44246220_1088108788018095_5248732902258114560_n

Ce matin, j’ai rencontré les élèves de différentes classes de l’école Notre Dame des Carmes à Brest. Au programme:
l’Antarctique, le traité, la voile, l’apnée, les animaux, le réchauffement climatique, la consommation d’eau douce, la pollution, les solutions. Tenir une classe éveillée durant 3 heures en variant les supports n’est pas un problème. Éveillons les consciences !

Les Vagues veulent déverser leurs bonnes idées

Les Vagues

Un nouveau collectif rassemble des habitants du territoire qui ont en commun la préservation de la mer, des océans et du littoral. Ensemble, ils veulent partager des initiatives.

L’initiative

Quel est le point commun entre Sophie Ladame, navigatrice et artiste peintre ; Laurent Marie, pompiers et apnéiste polaire ; Frédéric Habasque, surfeur et ramasseur de déchets sur les plages et Valentine Ribadeau-Dumas, qui a quitté son emploi dans la finance pour rejoindre une station de recherche scientifique marine ?

Toutes ces personnalités de Saint-Malo et de la Côte d’Émeraude partagent une même passion pour l’océan et sont unies par la volonté de le protéger.

Hier matin, douze de ces aventuriers étaient réunis en marge de la Route du Rhum, pour présenter leurs initiatives. Des gestes tout simples, comme des grandes expéditions en lien avec la mer.

Ne pas rester les bras croisés

« Saint-Malo est une terre d’expédition. Nous avons voulu savoir où en était cet esprit d’aventure et redonner à notre territoire ce caractère pionnier », détaille Marie Dautzenberg. La jeune femme a lancé, avec d’autres, le nouveau collectif Les Vagues.

Ce groupe a été créé il y a quelques mois avec l’idée de rassembler cette jeune génération qui ne veut pas rester les bras croisés à regarder les océans se polluer et la terre se dégrader. 

« Il est tentant de se contenter de partager des articles alarmistes sur les réseaux sociaux. Mais c’est encore mieux de sortir de chez soi et d’aller plonger ou observer cette mer qui s’offre à nous », défend Marie.

Aujourd’hui, le collectif, qui se définit comme « un mouvement de mobilisation citoyenne entrepreneurial », compte une vingtaine de consciences.

Des artistes, des designers, des citoyens, des scientifiques, des intellectuels, des entrepreneurs, des acteurs du digital

« Des personnes convaincues que le siècle dont on sort était celui de l’industrie et de l’exploitation. Nous entrons dans un nouveau siècle d’exploration. Le moment de se remobiliser est venu. Le collectif Les Vagues s’inscrit purement dans cette démarche en aidant ces personnes à mettre leur énergie, leurs ressources, leurs compétences et leurs moyens en commun », poursuit Marie Dautzenberg.

Ensemble, ils espèrent lancer des projets innovants et structurants.

Durant la rencontre de lancement hier matin, Servane Escoffier est venue parler du paradoxe que connaissent bien les navigateurs.

« Les bateaux sont une catastrophe naturelle »

La voile apparaît comme un sport propre par nature. « En réalité, les bateaux sont une catastrophe naturelle dès lors qu’ils sont construits. Les Ultimes, pour être si rapide, utilisent des matériaux très polluants. Si on était cohérents, on ne ferait pas ça. »

Mais les skippers apparaissent aussi comme des témoins privilégiés de cette pollution des mers. « Nous voyons des eaux de plus en plus polluées. Cela nous aide à faire de petits gestes pour agir à notre échelle et à être des ambassadeurs de ce changement. »